souris2015

Festival Pop, Potes, Rocks & Vox

25 & 26 avril 2015

Théâtre de la poudrière, Neuchâtel

Chers amateurs de voix, de chant, d’amitié et de moulinette,Voici venu le moment tant attendu de la deuxième édition de notre festival «Tournez la Meule » !Nous, les frères Meuniers, sommes allés souffler une fois de plus dans les pales de notre moulin à chansons pour en extraire quelques pépites d’ici et d’ailleurs.Une programmation très variée et pointue dans le vaste domaine de l’art vocal vous attend le samedi 25 et dimanche 26 avril 2015, toujours dans le chaleureux repaire du Théâtre de la Poudrière. Et il n’y aura pas de limite de genres: pop, folk, gospel, traditionnel, lyrique, yodel, chanson, féminin ou masculin, chacun pourra y trouver baume à son oreille !« Tournez la Meule » est un festival néophyte qui ne traîne pas encore sa grande histoire derrière lui… Alors prenez votre sourire et votre bonne humeur et venez la construire avec nous ! Elle n’en sera que plus belle !

Le programme


Samedi 25 avril 2015

16:00 Tacabutun
17:00 Robe
18:00 Daniel Reumiller
19:00 Tourn’O’Sol
20:00 Octonotes
21:00 Evening Sisters

Dimanche 26 avril 2015

14:00 Anne-Sophie Jeannottat
15:00 Je Lenger, Je Lieber
16:00 Elynn The Green
17:00 Garden Portal
18:00 5 aux Moulins



Tacabutun

Samedi 25 avril 2015 – 16h00

Tacabutun : « coudre un bouton » ou « bavarder avec des inconnus… »

C’est bien au sens figuré qu’il faut prendre l’expression.

Ces bavards invétérés vous proposent une palette de chants populaires et quelques polyphonies apéritives du Tessin à la Sicile.

Puisant dans un répertoire allant de l’ancien à l’actuel, ils comblent vos oreilles d’une délicate ironie, celle qui, sans jamais tomber dans la vulgarité, n’en pense pas moins pour autant.

Le spectateur passe allègrement du nord au sud et inversement, pour retrouver cette malice qui n’en finit pas d’attirer bien des regards vers la grande botte.

 


 

 

 

Robe

Samedi 25 avril 2015 – 17h00

«Regardons la vérité en face: m’inviter dans un festival de belles voix, c’est soit de l’inconscience ou de la provocation… Ou encore la marque d’une attention particulière aux sens de ce que l’on chante. Les 5 aux Moulins ont cette sensibilité de ne pas s’arrêter à la musicalité de leur répertoire. Ils incarnent aussi des mots et leur sens. Nous avons cela en commun. Un amour de l’histoire racontée, même si tout n’est pas dit, si tout ne vous saute pas aux yeux»

L’homme de théâtre Robert Sandoz s’extirpe un moment de son plateau pour venir nous présenter ses chansons en toute humilité: des perles tantôt patinées de velours, pour nous faire rêver, tantôt de papier de verre, pour nous bousculer. En bref, pour partager un peu d’âme humaine, la sienne.


 

 

 

Daniel Reumiller : Charlatans et Intrigants - Parade des charactères les plus méchant de l'opéraDaniel Reumiller rêvait d’être ténor pour interpréter des rôles de héros et d’amants. Mais il a eu la malchance de devenir basse-baryton et de sombrer dans un monde tout différent: celui des méchants et des opportunistes, là où les normes du théâtre lyrique condamnent les voix de sa trempe. Il a donc pris l’habitude de représenter des charlatans et des intrigants, tels qu’Osmin (l’horrible gardien du sérail mozartien), Basilio (professeur de chant rossinien avec une prédilection pour la calomnie), ou même le diable en chair et os…

Dans son récital, il évoque quelques-uns des plus méchants (mais également des plus intéressants) caractères de l’opéra – une vraie parade terrifiante. Il est accompagné au piano par Bruno Leuschner.


 

 

 

Tourn'O'Sol
La petite histoire des Tourn’O’sol commence en 2004.6… puis 7… puis 8 pétales… 6 femmes, 2 hommes, une histoire d’amis et de partage musical a cappella.

Le plaisir de se retrouver chaque semaine pour confectionner les recettes des «Amuse-Bouches» que le groupe vous proposera de déguster lors de ce festival.

Un zeste d’humour, une bonne dose de joie de vivre, un soupçon de rigueur, saupoudré de plaisir… Mélangez tous ces ingrédients, laissez-les mijoter pendant 10 ans, et vous obtenez la recette gardée secrète jusqu’à aujourd’hui, avec la sortie de leur premier album «Amuse-Bouches», dont vous pourrez déguster quelques morceaux ce soir. De Simon and Garfunkel à Alicia Keys, de Pierre Perret à Zazie : tout un éventail de saveurs.

Ce concert, savourez-le avec autant de joie et de bonheur qu’ils en ont eu à vous le préparer !


 

 

 

Octonote
Octonote est un octuor vocal mixte dont les membres proviennent de la région neuchâteloise et vaudoise.Fondé par Bernard Guye en 1999, il est placé depuis trois ans sous la direction de Maxime Grand. L’ensemble a pour objectif de promouvoir le chant choral en pratiquant un répertoire exigeant et sous une formation très peu représentée dans le canton de Neuchâtel.

Ses membres sont des amateurs ou semi-professionnels de bon niveau animés d’une passion commune pour la pratique du beau chant choral a cappella, passion qu’ils souhaitent communiquer pour le plus grand plaisir du public. Le fait d’être un petit groupe répond parfaitement au besoin de chacun d’assumer son propre registre de manière solistique, tout en mêlant sa voix à celle des autres dans un souci constant d’harmonie.

Le répertoire remet au goût du jour des motets et des madrigaux de la Renaissance, mais s’étend également à des œuvres romantiques et des compositeurs contemporains.

On dit que Christophe Colomb et Léonard de Vinci reviennent volontiers écouter Octonote pour se rappeler le bon vieux temps.


 

 

 

Evening Sisters
Les Evening Sisters sont apparues lors du premier festival « Gospel Air » en 2003. Dans ce quintet d’exception, chacune des chanteuses peut être appelée à assumer le rôle de soliste. Leurs nombreux concerts et les deux albums sortis en 2005 et 2014 témoignent de leurs remarquables qualités vocales et rythmiques.Leur style est influencé essentiellement par les chanteuses de l’âge d’or du Gospel Song traditionnel, comme Mahalia Jackson, Sister Rosetta Tharpe ou les Stars of Faith, mais leur programme comporte également des pièces de jazz contemporain et de soul music.

Ces « Sœurs du Soir » vaudoises aiment le swing, c’est évident. Elles chantent en anglais, parce que c’est la langue d’origine du gospel, et que le swing, ça ne balance vraiment que dans cette langue. Elles en travaillent la technique vocale, l’articulation et la prononciation de manière à ce que chacun de leur chant entraîne le public dans d’inoubliables chaloupés ! Autrement dit, la meilleure façon de clôturer avec embrasement cette première soirée du festival !


 

 

 

Anne-Sophie Jeannottat : Princesses oubliées ou inconnues
Connaissez-vous la princesse de la Crapaudine qui aime tant les p’tits crapauds, ou la princesse de la Molle qui passe son temps dans ses édredons ? Les avez-vous oubliées ou vous sont-elles inconnues ? Prenons d’autres exemples comme la princesse de Zoulou Zazou dont la danse est sa vie, Fric-Frac qui aime vos bijoux ou encore la Papagnasse du Péloponnèse qu’il vaut mieux avoir en photo qu’en pension ! Quant à la princesse Ephémère de Chine, elle ne dure qu’une seule journée alors arrêtez-vous un instant pour l’admirer.Certaines sont frapadingues, parlent de tout et de n’importe quoi, sont artistes de cirque, chantent ou font de la musique. Certaines se connaissent et sont copines, d’autres ne voyagent pas dans les même royaumes.

Peut-être que l’une d’elles vous ressemble ? Peut-être êtes-vous une princesse ?

Selon un texte de Philippe Lechermeier, auteur français de livres pour enfants et des arrangements de Frédéric Schadoroff, Anne Sophie Jeannottat (conteuse) et Olivier Forel (pianiste, accordéoniste) vont vous emmener à la découverte de ces princesses oubliées. Un spectacle pour les enfants de 7 à 107 ans !


 

 

 


On aurait pu penser à un excellent canular : le 1er avril 2009, les quatre jeunes pousses les plus mignonnes et prometteuses du yodel bernois se retrouvent pour leur première répétition. « Ha, la bonne blague, autant nous faire croire que le lard fumé de la Berner Platte a été remplacé par du cabillaud ! »Mais heureusement, les poissonniers ne sauteront pas sur l’occasion et la répète aura bel et bien lieu.

Ce n’est qu’un mois plus tard, lors de la compétition junior de yodel suisse à Bannwil (BE), que Barbara Allenbach, Maria Mühlemann, Tanja Schäfer et Beat Halter donnent leur premier concert… et se qualifient pour le prochain tour à Naters (VS) !

Toujours sans nom à cette époque, le quatuor choisit finalement de s’appeler Je lenger, je lieber(plus ça se prolonge, mieux c’est), parce que c’est exactement de cette façon qu’on aurait envie de partager un instant musical avec eux.

à travers des voix teintées d’une pureté quasi céleste, le quatuor cultive un riche patrimoine de chants bucoliques et parvient à emporter le plus inextirpable des citadins dans l’alpage!

Puis, des edelweiss pousseront sur scène. « Rolàlà, encore un poisson d’avril ? » Même pas dit…


 

 

 

Elynn The Green
Il était une fois Elynn the Green… Oui, on ne peut que commencer par « il était une fois » quand on amorce la présentation d’Elynn the Green, tant ce groupe nous plonge dans un conte de fées dès les premiers instants d’écoute.Derrière ce personnage fictif, qui doit forcément vivre au bord d’un lac magique situé au milieu d’une forêt qui l’est tout autant, se cachent Stéphanie et Irina, aussi belles que des princesses imaginaires, mais pourtant bien réelles.

Leur univers enchanteur, bohème, mystique et très coloré nous fait indéniablement penser à la scène folk britannique produite par Joe Boyd dans les années 60, avec l’Incredible String Band et Vashti Bunyan en tête.

Mais en plus de ça, leurs voix teintées de blues, de country et de gospel américanisent un tantinet l’ambiance et nous invitent à rêver d’une version féminine de J. Tillman et Devendra Banhart.

Et ce n’est pas tout : nos deux fées sont entourées de musiciens qui ne sombrent jamais dans la démonstration technique individuelle, mais qui savent couver avec délicatesse la fragilité du répertoire pour faire de chaque chanson une petite merveille pour l’oreille !


 

 

 

Garden Portal
C’est en toute discrétion que Nicolas Bamberger a préparé son coup. Se faufilant entre des répertoires jazz, électro ou rock, humant les grandes scènes aux côtés d’Olivia Pedroli ou Gustav, repéré par Couleur 3 et certains festivals il ne laisse – pourtant – rien présentir. Non, le type reste humble, poussant discrètement son piano droit à travers la zone piétonne neuchâteloise, entonnant des airs imaginés sur le moment.Et soudain, patatras, surgit ce nouveau groupe, Garden Portal. Leur premier cinq-titres, « Hide and Seek », ouvre tout grands les portails d’un jardin gardé secret trop longtemps. On y découvre, coi, la générosité musicale de Nicolas, distillée avec lui par trois musiciens subtils et brillants ; on écoute, et on serait tenté de penser à Jeff Buckley, Department of Eagles ou Rufus Wainwright.

Mais dans l’urgence, on n’a pas le temps de penser. Seuls comptent les réflexes et les intuitions ; assister à ce concert en est une excellente !


 

 

 

5 aux Moulins
Les frères Meunier sont d’habiles manipulateurs. Si habiles qu’on leur cède – de bonne foi – toute notre attention pour qu’ils la remplissent de leurs histoires et mélodies.On les croit quand ils nous racontent sans sourciller qu’ils sont frangins, mais pas de la même mère. Que leurs chemins se sont séparés avant qu’un heureux hasard ne les fasse se retrouver dans une gare désaffectée.

On pleure avec eux toutes leurs ruptures amoureuses, on condamne les bergères et paysannes qui les ont abandonnés, on s’amuse de leurs soirées grisantes et on frissonne quand ils doivent partir en guerre.

Tantôt vagabonds, bandits ou navigateurs, les cinq bourlingueurs guident subtilement à travers cette Europe qui est devenue leur terrain de jeu et source d’inspiration, qui les a vu grandir et les a éduqués. Tiens, on vient de leur trouver une maman !